Folk Songs

de Luciano Berio

En manifeste à son esprit ouvert, curieux et connecté au public, PTYX commence par interpréter une œuvre phare du 20e siècle, les Folk Songs de Luciano Berio. Cette œuvre exceptionnelle réussit le pari de croiser la musique savante et la musique populaire. Le choix de mélodies d’origines européenne et américaine invite à un voyage musical qui permet, selon Berio, « de suggérer et commenter les racines expressives, c’est-à-dire culturelles de chaque chant ». PTYX pose ses fondations sur les bases de cet éclectisme musical et propose en 2008/2009 ce programme lors de 5 concerts donnés à Tours, La Riche, Fondettes et Bléré devant près de 400 personnes.

Après ce premier « tour de chauffe », PTYX revient dans un nouveau programme qui garde cet ancrage dans l’échange entre musiques de tradition orale et écritures contemporaines. Plusieurs compositeurs regroupés par le collectif de compositeurs Phloème (Mathieu Nantois, Alexandre Moreau, Jean-Baptiste Apéré) arrangent à leur tour des chansons traditionnelles pour le même effectif que celui de Berio. Les mélodies choisies sont chantées en basque, grec, japonais, breton, créole, espagnol… Ce nouveau cycle, intitulé World Mix, est donné en création, au printemps 2010, lors de 3 concerts à Tours, Chouzé-sur-Loire et Orléans.

World Mix

Entre musiques de tradition orale et écritures contemporaines

Della Note, Del Suono

Une trajectoire musicale reliant la note au son

De décembre 2010 à juin 2011, le cycle Della Note, Del Suono, moments monographiques centrés autour des instruments à cordes frottées, décline à travers 5 concerts, 14 musiciens, 29 œuvres dont 5 créations mondiales, une trajectoire musicale reliant la note au son. Le compositeur Scelsi est au coeur de cette recherche sonore qui s’ouvre également à des arrangements de répertoire de la Renaissance, au théâtre musical, aux expériences électro-acoustiques.

En 2012, PTYX développe quatre chemins parallèles : la poursuite de son cycle « Parlez-vous anglais, Monsieur Satie ? », la diffusion de ses précédentes créations, des propositions de concerts avec ses partenaires, l’esquisse de ce que sera la dominante des années 2013-2017, centrée sur un enregistrement discographique.
Conçu comme un projet de saison sur la période septembre 2011 – juin 2012, le cycle « Parlez-vous anglais, Monsieur Satie ? », dans l’absurde même de son énoncé, amène l’ensemble PTYX à une programmation audacieuse autour de cette question sans réponse. 
6 spectacles (concerts, performances, théâtre, danse, cinéma) mettent en lumière les relations tantôt amicales, tantôt conflictuelles, existant entre Erik Satie, ses pairs européens et ses disciples américains. Le projet permet de croiser musiciens, danseurs, comédiens, mais également de créer une rencontre entre professionnels et amateurs (master-class et concert avec orchestre d’harmonie).
Les six « réponses » données sont : The Unanswered Question Project, spectacle interdisciplinaire avec saynètes sur des textes de Satie, ciné-concert sur le film Entr’acte de René Clair, performance chorégraphique avec la Cie La Lisière des Marges. (d’) après Satie, concert. Molto piano, avec la participation de Sylvain Chauveau. Clarinet 4 U.S., stage et master-class de clarinette. The Unquestioned Answer Project, spectacle avec projection de l’artiste vidéaste Nicolas Chasser Skilbeck. Un concert-rencontre Harmonies / Piano entre la Musique Départementale des Sapeurs Pompiers de Touraine et Nicolas Pabiot, chanteur, pianiste, complice de nombreuses années de Marcel Kanche.

Parlez-vous anglais, Monsieur Satie ?

Programmation audacieuse autour de cette question sans réponse

Moi, Jeu

Actions artistiques et pédagogiques autour des musiques mixtes

Pour donner corps à sa démarche, questionner les enjeux de sa pratique et partager son expérience des musiques mixtes liées aux nouvelles technologies, PTYX met en place dès 2013 plusieurs actions de sensibilisation pour rencontrer les habitants du territoire investi. Ainsi naissent quatre actions : un spectacle tout public PTYX re-mix(t)e qui prend la forme d’une émission radio, des actions éducatives (Panoramix !) en direction des enfants, des ateliers spécialisés pour les élèves des écoles de musique (« On détourne »), ainsi qu’une Conférence sonique et quadriphonore. Le dispositif est mis en jeu à plusieurs reprises sur des territoires d’Indre-et-Loire, pendant la Tournée des Grands Ducs (de Touraine)…

Dans le cadre de La Semaine du Son qui a lieu partout en France, la commune de Continvoir accueille la création française d’une oeuvre pour percussions. Inuksuit, du compositeur John Luther Adams, fait référence aux sentinelles de pierre dans l’Arctique et sera interprétée au milieu de la forêt, par de nombreux percussionnistes.

Il s’agit d’une musique « environnementale » qui invite à écouter le monde naturel qui nous entoure. Le site choisi, en lien avec le patrimoine néolithique et chrétien du village de Continvoir, permettra au public de circuler librement autour des musiciens. Une expérience « inouïte » !

Seul événement programmé en région Centre-Val de Loire dans le cadre de La Semaine du Son, Inuksuit coïncidera également avec le début des célébrations du Jubilé Saint-Martin, personnage dont le passage et l’empreinte sur la commune de Continvoir sont toujours bien présents.

Inuksuit

une oeuvre environnementale de John Luther Adams

Inuksuit : le teaser